Cela s'est passé au château...

Le soleil peinait à darder ses rayons de lumières. Derrière la façade austère, les deux guides Émilie et Laurène ont, le temps d’une visite, endossé les habits de la douce Dame Aliénor Gouët et de l’impétueuse Lady Ella.

 

Théâtre d’un fait historique

Ce premier dimanche de novembre n’était pas forcément propice à une sortie familiale en extérieur, mais idéale pour redécouvrir le patrimoine local à travers une visite très animée. Dame Aliénor Gouët, la douce, la prude férue d’art et d’architecture et Lady Ella, l’impétueuse, la combattante passionnée de faits de guerre, nous ont guidées à travers les différentes pièces.

Dès le départ, chacun des participants s’est vu remettre un cierge. La visite a débuté par la première salle d’armes qui pouvait servir également de refuge en cas d’attaque et de réserve. Les deux conteuses apprennent au public entre ces murs de pierre que le château a été le théâtre d’un haut fait historique.

Le 6 janvier 1169, s’est en effet tenue ici même une entrevue entre Henri II et le roi de France Louis VII afin de tenter une réconciliation entre le roi d’Angleterre et Thomas Becket, l’archevêque de Canterbury qui lui contestait son autorité.

 

Les prisonniers torturés

 

Plus tard dans le cachot, Lady Ella révèle que les prisonniers n’avaient pas pour vocations à être maintenu en détention car cela engendrait trop de frais. « On les gardait en attendant le jugement ou le paiement d’une amende. » Elle conte également certaines des tortures que l’on infligeait aux prisonniers : le supplice du rat, ou encore celui de la fourchette. « On posait un rat recouvert d’un seau sur le ventre du supplicié. On chauffait le seau et le rat, pour échapper à la chaleur, creusait le ventre. »

 

Des guides talentueuses

Ces visites, encore en phases test, n’ont été animées que deux fois. Face au succès et aux retours sur « l’excellence et la qualité de l’animation », cette idée pourrait bien être pérennisée.

La présentation théâtrale d’1 h 30 a ravi tout le monde : « C’est passé trop vite. » Et les jeunes guides n’y sont pas pour rien. Émilie, dans le rôle d’Aliénor Gouët, est titulaire d’un master en sciences du patrimoine et officie à plein-temps au château. Laurène, alias Lady Ella, dont la prononciation ne laissera aucun doute, prépare un master pour être professeur d’anglais. À voir.

Source : Le Maine Libre